ressourcement

Méditation Jeudi-Saint par mgr Souchu

Frères et Sœurs

Je désire en ces jours saints si particuliers vous rejoindre et vous donner quelques éléments de méditation, afin que nous puissions continuer d’être en communion spirituelle les uns avec les autres. En ce jeudi saint je voudrais m’adresser plus particulièrement aux prêtres de notre diocèse. Vous le savez, nous n’avons pas pu nous retrouver le lundi saint, comme convenu à Notre-Dame de Buglose avec les diacres et leurs épouses avant la célébration de la messe chrismale. Celle-ci est repoussée au Jeudi de l’Ascension 21 mai, l’après-midi, dans la basilique de Notre-Dame de Buglose, en cette année du 400ème anniversaire de la découverte de la statue.

 

Le premier point que je voudrais souligner, c’est que voici plus d’un mois maintenant que nous ne pouvons pas rassembler nos communautés. Le confinement n’est pas uniquement personnel ou familial, il est communautaire. Or qu’est-ce qu’un prêtre s’il n’a pas de communauté à rassembler ? Certes, la santé de certains d’entre nous ne leur permet pas de rassembler une communauté et je sais que dans le diocèse, grâce notamment à notre équipe d’accompagnement des prêtres aînés, nous faisons ce que nous pouvons pour garder le lien spirituel et sacerdotal. L’absence de communauté à rassembler ravive en nous ce don : aller à la rencontre des gens, partager leurs peines et leurs espoirs, tout cela parce que nous sommes prêtres. Les chrétiens eux-mêmes le ressentent douloureusement. La communion spirituelle est réelle, mais nous sommes tous membres de l’Eglise, cette assemblée convoquée par le Christ. Heureusement que les moyens médiatiques d’aujourd’hui permettent de rester en contact avec beaucoup de monde. Mais cela ne suffit pas. Ce n’est pas en restant chez nous à nous regarder que nous sommes missionnaires. Dieu nous en garde !

Le second point que je veux partager avec vous, c’est que nous sommes ministres de l’eucharistie. En ce temps de confinement nous avons sans doute retrouvé la valeur de la célébration de l’eucharistie sans peuple. Sans peuple, cela ne veut pas dire sans communion spirituelle, sans intention ! La proclamation de la Parole de Dieu est pour tous. Le récit de l’institution de l’eucharistie nous montre bien que le Christ se donne pour nous (Ceci est mon corps livré pour vous, mon sang versé pour vous). L’eucharistie n’est pas notre propriété. Elle est l’eucharistie de l’Eglise, suivant ce vieil adage : « L’eucharistie fait l’Eglise et l’Eglise fait l’eucharistie ». Nous avons tous fait l’expérience de grandes célébrations où nous présidons la messe devant une assemblée nombreuse et participante. Mais nous faisons aussi plus souvent l’expérience de nous retrouver avec une petite assemblée dont la moyenne d’âge est souvent élevée. C’est pourtant la même eucharistie. Récemment j’ai appris qu’un adulte s’était mis en route vers la confirmation car il avait entendu l’évêque à l’homélie de la messe dominicale parler de l’Esprit-Saint. Evidemment je ne sais plus pourquoi et en quels termes j’ai parlé de l’Esprit-Saint, mais le Seigneur était là dans cette assemblée dominicale ordinaire d’une paroisse du diocèse. Il y a ce que Dieu nous fait connaître par sa grâce, mais il y a surtout ce que nous ne saurons jamais sur cette terre. Voilà pourquoi l’eucharistie doit bien nous centrer, non pas sur nous-même, mais sur celui que nous annonçons, le Christ.

Un troisième point qui me tient à cœur en ce jeudi-saint un peu spécial, c’est la souffrance que nous pouvons ressentir dans notre ministère. Nous ne sommes pas toujours compris, nous avons du mal à transmettre la foi notamment auprès des jeunes familles, des enfants et des jeunes. Pourtant l’Esprit peut nous réserver des surprises. Par exemple il y a toujours autant de personnes adultes qui demandent le baptême chaque année dans le diocèse et je vous assure que leur cheminement est souvent semé d’embûches. Une autre souffrance qui nous atteint, c’est la manière dont les médias parlent de l’Eglise et notamment des prêtres. Depuis que je suis prêtre (et ça commence à faire, 34 ans cette année), j’ai toujours eu l’impression que ce qui nous intéresse, n’intéresse pas les médias et réciproquement. Cela demande de plus en plus de savoir-faire dans une société qui ne sait plus ce que c’est que la religion (au sens de religere : relier de la terre au ciel et relier les êtres humains entre eux). Dans une société marquée par ce que l’on fait plus que par ce que nous sommes, nous avons parfois l’impression d’être en marge, d’être les derniers. Ce temps de pandémie et de quarantaine peut donner à réfléchir à tout le monde. Nous avons été capables de tout arrêter ou presque. Même le président de la république a dit qu’il fallait retrouver le sens de l’essentiel. Pour nous c’est bien de trouver le sens de l’essentiel, c’est mieux de témoigner de l’essentiel !!

Le quatrième point rejoint notre démarche synodale sur le dimanche. Ce temps de confinement n’arrête pas cette démarche, mais nous invite à la vivre autrement. En ce sens, comme ministres ordonnés nous avons un rôle à jouer. J’ai insisté sur le triptyque : Eucharistie – Assemblée – Dimanche. J’avais essayé de montrer que l’idéal c’est de vivre les trois dimensions de ce triptyque. Aujourd’hui il y a au moins une dimension qui n’est pas honoré, comme nous en avons parlé plus haut, l’assemblée. Comme prêtre nous pouvons vivre, même seuls, la dimension de la célébration de l’eucharistie en semaine et surtout le dimanche. Lorsque nous pourrons nous réunir à nouveau, nous aurons sûrement un œil neuf sur notre démarche qui doit nous conduire à vivre des célébrations eucharistiques dominicales présidées par l’évêque, par pays à partir de la rentrée de septembre.

Ce jeudi-saint nous allons le vivre sans peuple, mais nous pouvons le vivre en communauté sacerdotale. Là où les prêtres pourront célébrer ou concélébrer la messe de la Cène ce soir, je vous propose de le faire à 18H, heure à laquelle, de l’oratoire de l’évêché de Dax, je présiderai cette messe retransmise sur le site du diocèse, sur la web radio Parole Adour, sur les réseaux sociaux et sur la chaîne YouTube du diocèse. Nous pourrons alors nous rappeler que le jour de notre ordination de diacre ou de prêtre les mains ont été imposées sur nous, comme si le Seigneur nous prenait tout entier avec lui. Comme prêtres, nos mains ont été ointes avec le saint chrême : par l’imposition des mains le Seigneur nous a donc pris tout entier ; par l’onction des mains il veut que nous lui donnions nos mains pour qu’elles soient un instrument de service et offrent la capacité de donner, non seulement ce que nous sommes, mais ce que Dieu est pour tout être humain. D’une certaine façon ce soir, plaçons nos mains à sa disposition afin de donner le corps livré du Christ et son sang versé. Nous prierons particulièrement pour les malades, parfois gravement atteints par le coronavirus, pour les mourants, et bien sûr pour le personnel soignant, pour les familles, pour ceux et celles qui souffrent de ce confinement. Au Cénacle les apôtres ont eu peut-être l’impression d’être confinés. Le moment était grave. Il y avait un traitre qui allait faire son œuvre. Le Christ s’est d’abord livré dans le geste du lavement des pieds. Ce geste, nous ne pourrons pas le faire ce soir dans nos célébrations sans peuple, mais il reste un signe pour aujourd’hui, dans cette période particulièrement difficile. De ce confinement au Cénacle, le Christ donne sa vie, entre dans sa passion et sa mort. C’est notre chemin en ce jour. Puissions-nous le suivre jusqu’au bout.

Frères et Sœurs, cette méditation du jeudi-saint, particulièrement adressée aux prêtres du diocèse, nous invite à mieux découvrir ce don de Dieu pour son Peuple, à prier pour vos prêtres, à mieux les connaître et à demander au maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.

 

Bonne fête du Jeudi-Saint !

Mgr Nicolas SOUCHU

Actualités

Conseil diocésain de solidarité : une rencontre en demi-teinte

En février, lors de la rencontre habituelle des membres du Conseil Diocésain de la Solidarité, chaque mouvement avait annoncé ses projets pour 2020. Puis le confinement est passé par là et tout s’est arrêté ! En effet, toutes ces associations qui ont pour but d’apporter de l’aide, du soutien, du confort aux plus démunis, aux plus […]

15.10.2020 Lire

Articles les plus consultés S'informer sur toutes les actualités

Buglose

La Bande dessinée éditée à l’occasion des 400 ans de Buglose arrive !

C’est le moment de réserver votre Bande dessinée.   Chargez le bon de réservation ci-dessous ou bien réservez directement en ligne en cliquant ici « NOTRE DAME DE BUGLOSE » Pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Bon Jubilé à tous BD de 36 planches – Editeur : Editions du triomphe. – Imprimée en […]

04.03.2020 Lire
Dossiers de fond

Le dimanche : des chemins nouveaux

Lettre de rentrée, septembre 2019 Frères et Sœurs, Je commence avec vous ma seconde année de ministère comme évêque d’Aire et Dax. L’an dernier, au cours de l’année pastorale 2018-2019, je vous ai invités à Témoigner de l’essentiel. Plusieurs parmi vous, membres de diverses communautés chrétiennes (des paroisses surtout, mais aussi des services et mouvements) […]

06.09.2019 Lire
Services & Mouvements

Pastorale Familiale – Journée des Fiancés

Comme tous les ans elle se tiendra à Buglose le Dimanche 23 février 2020 de 9h30 à 17h00   Cette journée s’inscrit dans le cadre de la préparation  mariage des couples dans leurs paroisses respectives. Elle est un temps fort et convivial à destination des futurs mariés au cours de l’année 2020. Pour s’inscrire à […]

09.01.2020 Lire

Les Paroisses

Retrouvez toutes les informations pratiques de votre paroisse

Tout Savoir

Découvrez l'Annuaire de votre Diocèse

Retrouvez les coordonnées et informations pratiques des paroisses, prêtres, diacres, services et conseils diocésains, …

Découvrir l'annuaire
Rechercher un horaire de messe Rechercher