Nourrir la réflexion

« L’épidémie de Covid19 porte à son paroxysme le déni de mort »

Extrait du journal Le Monde 04.05.2020

Si le déni de la mort est une des caractéristiques des sociétés occidentales, l’épidémie due au SARS-CoV-2 illustre son paroxysme. Depuis la seconde guerre mondiale, ce déni n’a fait que s’amplifier, avec le progrès technologique et scientifique, les valeurs jeunistes qui nous gouvernent, fondées sur l’illusion du progrès infini, la promotion de l’effectivité, de la rentabilité, du succès. Il se manifeste aujourd’hui par une mise sous silence de la mort, une façon de la cacher, de ne pas y penser, avec pour conséquence une immense angoisse collective face à notre condition d’être humain vulnérable et mortel. Ce déni de la mort a eu trois conséquences. D’abord au niveau individuel, il n’aide pas à vivre. Il appauvrit nos vies. En faisant comme si la mort n’avait pas d’incidence sur notre manière de vivre, nous croyons vivre mieux, mais c’est l’inverse qui se produit. Nous restons souvent à la surface des choses, loin de l’essentiel.

 

Une illusion

Ensuite, ce déni entretient une illusion, celle de la toute-puissance scientifique et technologique, celle du progrès infini. Avec ce fantasme incroyable : imaginer qu’un jour on pourrait avoir raison de la mort. Enfin, le déni de la mort nous conduit à ignorer tout ce qui relève de la vulnérabilité. Il est responsable d’une perte d’humanité, d’une perte de la culture de l’accompagnement, avec les souffrances qui y sont associées. Dès 1987, avec l’arrivée des soins palliatifs en France, a commencé un long combat pour sortir de ce déni. En 2005, lors de son audition au parlement, en vue de la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie (dite loi Leonetti), la sociologue Danièle Hervieu-Léger avait eu cette réflexion : « Le déni de la mort se venge en déniant la vie. La mort qui n’a pas sa juste place finit par envahir toute l’existence. Ainsi notre société est-elle devenue à la fois thanatophobe et mortifère. » Le déni a pourtant perduré. L’épidémie actuelle l’illustre factuellement. La peur de la mort domine. Au lieu d’être considérée comme notre destin à tous, une réalité sur laquelle il faut méditer car elle est inéluctable, la mort devient l’ennemi à combattre. Faut-il pour autant ne pas se protéger ni protéger les autres, évidemment que non. Mais cette responsabilité doit être laissée à chacun et non édictée par un pouvoir médical devenu tout-puissant, qui poursuit aujourd’hui son fantasme d’éradiquer la mort, de préserver la vie à tout prix, au détriment de la liberté de la personne. Les acquis sur la dignité du mourir et le respect des droits des personnes en fin de vie sont brutalement mis à mal.

Le combat contre la mort est vain

Je ne remets aucunement en cause l’acharnement avec lequel médecins et soignants, au risque de leur propre vie, soignent des patients qui ont encore envie de vivre. Je remets en question la folie hygiéniste qui, sous prétexte de protéger des personnes âgées, arrivées dans la dernière trajectoire de leur vie, impose des situations proprement inhumaines. Cela a-t-il un sens de confiner une personne âgée, qui dans son for intérieur est relativement en paix avec l’idée de mourir, comme c’est le cas pour beaucoup ? De l’empêcher de vivre les dernières joies de sa vie, voir ses enfants, les embrasser, voir ses amis, continuer à échanger avec eux ? Leur demande-t-on leur avis, leur choix ? Demande-t-on aux proches ce qui est plus important pour eux : prendre le risque d’attraper le Covid-19 en prenant une dernière fois dans ses bras un parent aimé et lui dire au revoir ? Ou se protéger au risque d’une culpabilité qui les empoisonnera pour longtemps ? Ce déni de la mort est dramatique et le combat contre la mort est vain. Nous ne mesurons pas les souffrances qui naîtront de l’érosion de l’humain quand la distanciation sociale sera devenue la norme, comme des inégalités que cette peur de la mort aura induites, les désespoirs, les dépressions, les violences, les envies de suicide. Nous réaliserons après le confinement le mal qui aura été fait en privilégiant la vie au détriment de la personne.

Les vraies questions sur le sens de l’existence

Car qu’est-ce qu’une personne ? Sinon un être humain qui, se sachant mortel, et méditant sur sa finitude, est renvoyé à l’essentiel, à ses priorités, à ses responsabilités familiales, aux vraies questions sur le sens de son existence. Heureusement, quand notre société aura atteint le pic du déni de la mort, s’amorcera un déclin. Nombreux sont ceux qui, déjà dans le silence de leur confinement, méditent aujourd’hui sur le sens et la valeur de leur existence, sur le genre de vie qu’ils ont vraiment envie de mener. Une vie de retour aux choses simples, une vie où le contact avec ceux que l’on aime compte plus que tout, où la contemplation du beau et de la nature participe à la joie de vivre. Une vie où l’on n’abandonne pas les plus vulnérables, où la solidarité humaine l’emporte. Une vie qui respecte les rites essentiels qui ponctuent l’existence et rassemble la communauté des vivants : la naissance, le mariage, la mort. Une vie où le devoir d’accompagnement de ceux qui vont mourir impose naturellement la présence, les mots d’adieu, bref d’entrer dans ce que le psychanalyste Michel de M’Uzan (1921-2018) appelait « l’orbite funèbre du mourant ».

Marie de Hennezel

Marie de Hennezel est psychologue et écrivaine

Documents à télécharger

Le déni de la mort
Actualités

Modalités pour la messe télévisée du 19 juillet à Buglose

Un décret (2020-860) a été publié au Journal officiel prescrivant les mesures générales pour accompagner la sortie de l’état d’urgence. Ce décret abroge celui du 31 mai 2020. Ce nouveau décret comprend 53 articles. L’article n° 47 aborde spécifiquement la question des lieux de culte. respecter la distanciation sociale (1 m entre les participants), sauf […]

16.07.2020 Lire
Actualités

Montée à Montmartre d’une délégation d’évêques de France

Ce lundi 8 juin 2020, les membres du Conseil Permanent de la Conférence des évêques de France, en communion avec tous leurs frères évêques, se sont rendus à la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre – qui fête le centenaire de sa consécration –, pour un temps d’adoration eucharistique, d’action de grâce et d’intercession. Ils sont […]

09.06.2020 Lire
Editos

Vers la fin de l’année, mais quelle année !

Editorial du journal Eglise dans les landes du 1er juin 2020 Les deux mois de confinement ont profondément bouleversé notre société et le monde tout entier, puisque le coronavirus n’a pas de frontières. La vie reprend peu à peu ses droits. Nous avons dû adapter nos vies personnelles, et nous connaissons tous les soucis des […]

05.06.2020 Lire

Articles les plus consultés S'informer sur toutes les actualités

Buglose

La Bande dessinée éditée à l’occasion des 400 ans de Buglose arrive !

C’est le moment de réserver votre Bande dessinée.   Chargez le bon de réservation ci-dessous ou bien réservez directement en ligne en cliquant ici « NOTRE DAME DE BUGLOSE » Pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Bon Jubilé à tous BD de 36 planches – Editeur : Editions du triomphe. – Imprimée en […]

04.03.2020 Lire
Dossiers de fond

Le dimanche : des chemins nouveaux

Lettre de rentrée, septembre 2019 Frères et Sœurs, Je commence avec vous ma seconde année de ministère comme évêque d’Aire et Dax. L’an dernier, au cours de l’année pastorale 2018-2019, je vous ai invités à Témoigner de l’essentiel. Plusieurs parmi vous, membres de diverses communautés chrétiennes (des paroisses surtout, mais aussi des services et mouvements) […]

06.09.2019 Lire
Actualités

Coronavirus : un forum diocésain

Conscients du temps que passent en cette période les fidèles sur internet, nous vous proposons un espace dédié sur le site du diocèse. CLIQUER SUR CE LIEN Cette rubrique est la vôtre. Votre contribution (spirituelle, d’actualité, témoignage, humoristique) est la bienvenue. Vous pouvez l’envoyer à communication@diocese40.fr ou à communication.valerie@diocese40.fr

06.04.2020 Lire
Actualités

Bienvenue dans le diocèse !

à la Communauté Mère du Divin Amour qui sera en mission au sanctuaire de Buglose Elle sera composée du Père Thomas Kouamé ADO, 41 ans des frères YOBOUE Djaran Yves-Lymard, 29 ans et BROU Félix Dubois, 39 ans tous les trois de nationalité ivoirienne. au Père Franck Lovic ABOUGNAN 42 ans, qui est nommé coopérateur dans les paroisses Notre-Dame-des-Trois-Rivières, […]

29.07.2019 Lire
Actualités

Journée Diocésaine de la Communication : une porte vers l’avenir ?

Le 5 juillet dernier, une trentaine de personnes venues de toutes les Landes se sont rassemblées au Centre Pastoral Jean-Paul II pour la journée diocésaine de la Communication. Une initiative qui a permis de poser les premiers jalons d’une communication plus large pour le diocèse. À mon arrivée dans le diocèse, dans ma lettre de […]

16.07.2019 Lire

Les Paroisses

Retrouvez toutes les informations pratiques de votre paroisse

Tout Savoir

Découvrez l'Annuaire de votre Diocèse

Retrouvez les coordonnées et informations pratiques des paroisses, prêtres, diacres, services et conseils diocésains, …

Découvrir l'annuaire
Rechercher un horaire de messe Rechercher