Actualités

L’abbé Bernard Dubasque, vicaire général de Mgr Breton

Après avoir lu le témoignage du premier vicaire général, Bernard Hayet, je me suis demandé ce que je pourrais dire. Qu’est-ce qui me saute aux yeux ou à la tête ?

Deux adjectifs me venaient depuis bien longtemps à l’esprit : déroutant et fidèle. Et dimanche, c’est notre évêque qui m’a remémoré ce que le pape a dit pour la journée mondiale de prière pour les vocations : quatre mots de plus qui pourraient s’appliquer parfaitement à Mgr Breton : souffrance, courage, gratitude, louange.

Je vais essayer de vous dire quelques petites choses :

Souffrance et courage

Je ne sais pas si on se rend compte de la situation de quelqu’un qui arrive dans un diocèse qu’il ne connaît pas, qui a une expérience pastorale très limitée. Quand il est arrivé, il m’a dit :

« Je ne connais que deux choses : l’enseignement catholique et la communication (Il prêchait à France Culture). En dehors de cela, je ne connais rien et vraiment rien. »

̶  Monseigneur, dans votre première année d’épiscopat, il faut que vous mettiez en place un Conseil Presbytéral.

̶ Un Conseil Presbytéral ? Mais qu’est-ce que c’est ? De quoi vous me parlez ? »

Il part à Paris, revient et me dit « C’est vrai, il y en a un à Paris, il se réunit trois fois par an, on boit un coup et on s’en va ! »

Quelque temps après, se tenait une réunion avec une équipe du Secours catholique. Benoît Gizard, l’animateur diocésain avait donné des responsabilités à des SDF. Mgr Breton arrive et déclare : « Je ne sais pas ce que c’est que le Secours catholique. Alors écoutez, je ne vais pas parler, posez-moi des questions. »

L’équipe du Secours catholique était consternée. Ce n’était pas sa faute. Il avait tout à apprendre. Il ne comprenait pas grand-chose à la pastorale ordinaire. Il arrivait du 16è arrondissement de Paris, et il débarque là ! … Je ne sais pas si vous vous rendez compte. Comme curé de St Honoré d’Eylau, il avait dix vicaires, dont Patrick Chauvet son premier vicaire, et la pastorale était assurée par les vicaires.

Je me souviens du témoignage du père Bertrand de Bourran, originaire du diocèse et missionnaire à Madagascar. Lors d’une rencontre, une question lui avait été posée : « Quelle est la plus grande difficulté pour l’inculturation ? » Et il avait répondu : « La nourriture ! »

Il en fut de même pour Mgr Breton et j’étais chargé de dire partout où il allait : « Pas de confit de canard ! Pas de magret, mais du rôti de bœuf et un yoghourt ! »

Et sur le plan politique, passer du 16è arrondissement de Paris à un département de gauche, cela n’avait rien d’évident !

Il aimait les surnoms : celui qui lui avait été donné dans l’enseignement catholique : Phiphi, la Duchesse !  Et celui qu’il avait donné à son vicaire général : IVG (indescriptible, indicible, impétueux, irrésistible vicaire général).

Ce duo, il a bien fonctionné… Grâce à lui.

Déroutant et fidèle

Sa devise : « Il est fidèle Celui qui nous appelle ». Il l’avait transformée en « Reste fidèle à Celui qui t’a appelé. » et malgré toutes les difficultés, l’a-t-on jamais vu se plaindre du rude apprentissage auquel il a dû consentir en serrant les dents parfois et rapidement car il a fallu faire vite.

Il a appris humblement en faisant confiance. Il n’est pas arrivé en disant : « C’est l’an zéro de l’Eglise, je suis là. » Il a voulu découvrir le diocèse tel qu’il était.

Un jour il m’a demandé :

« Mais quelles doivent être les qualités du vicaire général ?

̶  Un, qu’il connaisse bien le diocèse, ensuite qu’il aime les prêtres et enfin qu’il soit capable de travailler avec l’évêque.

̶  Comment ? vous me mettez en troisième position ? »

Nous étions différents : « Ce que vous faites je ne le fais pas et inversement, mais ça marche bien entre nous ».

Un jour j’ai demandé à Mgr Jacques David, qui était à l’époque évêque d’Évreux, de me parler de la solitude de l’évêque. Il m’avait répondu : « Elle est abyssale ! »

Il n’était pas de là, il n’avait pas sa famille là. Voilà pourquoi Mgr Breton avait besoin de partir une semaine par mois à Paris. Un peu comme Mgr de Cormont, ancien curé de St Louis en l’Isle, qui avait transféré l’évêché d’Aire à Dax, entre autres raisons parce qu’il y avait une gare et qu’on l’avait surnommé l’aumônier des wagons-lits… « C’est moi ! », m’a dit Mgr Breton.

Gratitude et louange

Mais regardons tout ce qu’il a fait :

Il décide une démarche synodale des 25/45 ans. Qui l’eût cru ? Et la clôture de cette démarche eut lieu dans les arènes de Pomarez…

Il lance l’année de l’appel qui se clôtura dans les arènes d’Amou…

Et encore la célébration de la Béatification de Sœur Marguerite Rutan … dans les arènes de Dax.

Que de temps forts dans des arènes !

Il y eut encore les avancées dans la pastorale des funérailles.

Et ensuite la création des équipes d’animation pastorale dans toutes les paroisses. Et le voici qui écrit le statut des EAPP.

Et encore la définition du statut des prêtres auxiliaires (75/80 ans), le statut des prêtres à la retraite (les plus de 80 ans). Ces textes avaient été écrits pour permettre aux prêtres aînés d’achever leur carrière de façon paisible. Et je me souviens d’un repas qu’il avait organisé pour les prêtres concernés. Et l’un d’entre eux nous avait lancé ce commentaire : « Ces statuts, c’est une façon élégante que vous avez eue de nous mettre dehors avec un coup de pied au derrière ! »

À Paris, lors d’une visite, Mgr Breton me confia : « J’ai proposé aux prêtres landais de préparer leur retraite et je n’ai pas préparé la mienne ! »

Il a appelé les premiers prêtres Fidei Donum (venant d’autres Églises).

« Il y a trois choses que je veux, m’avait-il dit en arrivant, il y aura des prêtres venant d’autres pays, il y aura des communautés nouvelles (et il a invité la communauté du Chemin Neuf à Aire-sur-l’Adour), il y aura une radio diocésaine…. Je crois qu’il a renoncé à la radio quand il a appris qu’il fallait installer pour cela quatre grands pylônes-relais au-dessus de la forêt landaise… Qui l’eût cru ?

Au moment de la crise aviaire, à la suite d’un échange au Conseil diocésain de pastorale, Mgr Breton a écrit un mandement de Carême : « Je demande aux Landais de manger de la volaille pendant le Carême. » Et le voici, à St-Sever, institué dans l’ordre des jabotiers ! … Qui l’eût cru ?

Au deuxième ou troisième Conseil, il interrogea : « Qu’est-ce que je vais faire pour promouvoir les femmes dans le diocèse ? »

Il les a invitées à entrer au Conseil épiscopal. Qui l’eût cru ?

Regardez tout ce qui a été fait en dix ans… On n’a pas chômé !

Dans le discours de présentation dans les arènes de Dax, Mgr Patrick Chauvet déclara : « Il a de grandes jambes et il marche à la tête du troupeau, à l’image du Bon Pasteur. Mais ne vous inquiétez pas : il regarde si les brebis suivent … Il a le souci de chacune de ses brebis et de celles qui ne sont plus dans le bercail, les brebis blessées, mal aimées et pourtant toute transfigurées par l’unique Bon Pasteur qui les porte toutes sur ses épaules. »

Il était parfois devant, il était derrière à cause de ses handicaps, mais il portait ceux qui, peut-être, étaient blessés.

Rendons grâce à Dieu et faisons nôtre sa devise « Il est fidèle Celui qui m’a appelé ».

Que nous soyons laïcs, diacres, prêtres ou évêque, rappelons-nous : « Il est fidèle Celui qui nous a appelés.

 

Mgr Breton : sa vie, ses ministères

Actualités

Témoignage de l’abbé Fabrice Getten, ordonné prêtre par Mgr Breton

Voici quelques souvenirs que je garde de Mgr Philippe Breton et de ses dix années d’épiscopat en terre landaise. Notre premier échange remonte à ce dimanche de septembre 2002 où il fut consacré évêque de notre diocèse ; j’étais alors séminariste en second cycle au grand séminaire de Bayonne. Sa carrure imposante m’impressionnait, son français était […]

15.05.2020 Lire
Actualités

Françoise Larauza, première femme membre du Conseil épiscopal

Monseigneur, Si je tiens à témoigner aujourd’hui c’est parce que je garde un très bon souvenir de vous et des six années passées au sein du Conseil Épiscopal. Ce fut pour moi une grande surprise quand vous m’avez demandé de faire partie de votre Conseil. Je me sentais bien incapable, pourtant j’ai accepté, car j’étais […]

15.05.2020 Lire
Actualités

Maryse Poulitou, économe diocésaine durant l’épiscopat de Mgr Breton

C’est en tremblant que j’accepte d’écrire quelques mots sur ma collaboration pratiquement journalière, pendant dix années, avec Mgr Philippe Breton. Eh oui, en tremblant, parce que la première image que j’ai eue de cette personne a été sa stature imposante qui m’a beaucoup impressionnée, le premier soir où il est arrivé à Dax. C’était un […]

15.05.2020 Lire

Articles les plus consultés S'informer sur toutes les actualités

Buglose

La Bande dessinée éditée à l’occasion des 400 ans de Buglose arrive !

C’est le moment de réserver votre Bande dessinée.   Chargez le bon de réservation ci-dessous ou bien réservez directement en ligne en cliquant ici « NOTRE DAME DE BUGLOSE » Pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Bon Jubilé à tous BD de 36 planches – Editeur : Editions du triomphe. – Imprimée en […]

04.03.2020 Lire
Dossiers de fond

Le dimanche : des chemins nouveaux

Lettre de rentrée, septembre 2019 Frères et Sœurs, Je commence avec vous ma seconde année de ministère comme évêque d’Aire et Dax. L’an dernier, au cours de l’année pastorale 2018-2019, je vous ai invités à Témoigner de l’essentiel. Plusieurs parmi vous, membres de diverses communautés chrétiennes (des paroisses surtout, mais aussi des services et mouvements) […]

06.09.2019 Lire

Les Paroisses

Retrouvez toutes les informations pratiques de votre paroisse

Tout Savoir

Découvrez l'Annuaire de votre Diocèse

Retrouvez les coordonnées et informations pratiques des paroisses, prêtres, diacres, services et conseils diocésains, …

Découvrir l'annuaire
Rechercher un horaire de messe Rechercher