Actualités

Homélie du Quatrième Dimanche de Pâques – Journée Mondiale de Prière pour les Vocations

Frères et Sœurs,

Les aumôniers de prison qui nous écoutent ont certainement fait la même expérience que moi. En effet juste avant d’être nommé évêque j’avais été nommé aumônier de maison d’arrêt. Dans cet univers carcéral que je ne connaissais pas du tout, deux choses m’avaient frappé : la première c’est que pour franchir une porte il faut attendre qu’un gardien vous ouvre ou que celle-ci soit ouverte automatiquement. La seconde surtout, c’est que dans une maison ou un appartement habituel il y a toujours une poignée de chaque côté de la porte. En prison il n’y a une poignée que d’un côté. C’est une porte qui enferme le corps, mais aussi le cœur et l’esprit. J’avoue au début avoir eu un sentiment d’inquiétude, de réel enferment.

Voilà que dans l’évangile aujourd’hui, Jésus affirme : « Moi, je suis la porte ». Ce quatrième dimanche de Pâques est toujours la journée mondiale de prière pour les vocations, puisqu’il nous permet d’entendre un passage du chapitre 10 de l’évangile selon Saint Jean, dit du Bon Pasteur. Cette année le pape, dans son message, a pris pour thème : Les paroles de la vocation. Il reprend ainsi le texte qu’il avait adressé aux prêtres l’an dernier à l’occasion de la fête du Saint curé d’Ars, avec ces mots : gratitude, courage, souffrance et louange. Parmi les mots de la vocation je vous invite à prendre ce matin celui de porte, en écoutant l’évangile qui nous permet d’entendre Jésus nous dire qu’il est la porte, à prendre cette porte qu’est le Christ, à franchir cette porte et à nous interroger sur nos propres choix et notre vocation.

Le Christ affirme : Moi, je suis la porte. Dans le passage qui vient d’être proclamé, il n’est pas dit de Jésus qu’il est le bon berger. Ce sera tout de suite après. L’insistance ici est sur la porte. La porte est un lieu de passage, mais aussi de protection (pensons aux portes des villes ou des châteaux fortifiés). Lorsque quelqu’un vous ouvre la porte c’est aussi un acte de confiance (que ce soit la porte de sa maison ou  celle de son cœur). En cette période de confinement la porte de chez nous n’est pas souvent ouverte. Nous n’espérons qu’une chose c’est de pouvoir à nouveau ouvrir la porte pour mener une vie ordinaire. Lorsque Jésus dit : je suis la porte, il s’agit plus d’une entrée que d’une sortie. Nous entrons ainsi dans l’enclos des brebis dont il est le pasteur. Lorsqu’il affirme : je suis la porte, il nous fait comprendre que sa mission est de nous mettre en communion avec Dieu, elle n’est pas faite pour exclure les hommes de tout ce qu’il a à nous donner, bien au contraire. En ce sens le mot de gratitude donné en ce jour par le pape François pour les vocations rejoint cette ouverture de la porte qu’est le Christ Jésus lui-même. En étant appelé par Dieu je suis obligé de passer par sa porte.

Mais parfois prendre la porte peut être vu de manière négative ! Qui de nous n’a pas entendu un professeur dire à un élève : prenez la porte ! C’est-à-dire sortez ! Le professeur est ainsi irrité par le comportement d’un élève, il sort de ses gonds comme on dit. Or le gond assure le pivotement d’une porte. Quand on sort de ses gonds cela veut donc dire qu’il y a un problème quelque part ! Prendre la porte qu’est le Christ, c’est rentrer chez soi, c’est l’accès au plus intime de nous-même, l’accès à Dieu, à la sainte Trinité présente en nous depuis notre baptême. Et si la porte est un lieu de passage, cela veut aussi exprimer que le Christ est le passage, le chemin vers la vie qu’il veut nous donner en abondance. Ainsi telle une porte, le Christ ne cesse d’accompagner les hommes dans leurs mouvements. En cela il faut un certain courage dit le pape car bien des fois, lorsque Dieu nous appelle nous pensons que ce n’est pas possible ! Or la porte qu’est le Christ n’est pas un effort à faire, une épreuve à passer, mais c’est une ouverture à accueillir.

Voilà pourquoi il nous faut également franchir la porte : le voleur ou le bandit escalade par un autre endroit, il ne passe pas par la porte. Franchir la porte, c’est passer du dehors à l’intérieur. Par exemple lorsque j’ai été installé évêque d’Aire et Dax, il y a eu un rite à la porte de la cathédrale que j’allais franchir : le doyen du chapitre m’a fait baiser la croix du Christ et je me suis agenouillé pour vénérer l’entrée de cette cathédrale qui allait devenir mienne. Jésus nous invite à passer par lui pour découvrir la vraie vie, la vie en abondance. Comme tout passage dans nos vies, cela ne se fait pas sans souffrance, écrit le pape : la fatigue, les faiblesses, les craintes, les vents contraires peuvent nous épuiser. Mais une fois que le pas est fait nous ressentons une joie intérieure profonde.

Enfin il faut que nous puissions examiner nos choix : quels sont les domaines où nous ne passons pas par le Christ pour faire nos choix et où nous escaladons un autre endroit ? Quels sont les moments où le Christ n’est pas la porte de mes décisions ? La pastorale des vocations repose bien sur ces questions. Si la vocation est un don de Dieu, comment est-ce que nous sommes capables de l’accueillir, pour nous-même ou pour les autres ? Le pape termine par le mot de louange. C’est la gratuité absolue devant le don de Dieu. Il nous invite à ouvrir des brèches en chacun des fidèles.

En acceptant que le Christ soit notre porte véritable, demandons au Seigneur qu’il nous fasse vivre cette journée mondiale de prière pour les vocations, dans la gratitude, le courage, la souffrance, certes, mais aussi la louange. Nous serons alors plus disponibles à ses appels.

+ Nicolas SOUCHU

Documents à télécharger

Homélie au format word
ressourcement

Homélie de la messe chrismale

Frères et Sœurs, Chers Frères prêtres et diacres, Quels liens peut-il y avoir entre le jour de l’ascension et la messe chrismale ? A part bien sûr le fait que nous avons dû repousser la célébration de cette messe, du lundi-saint où elle est habituellement célébrée dans le diocèse, précédée d’une journée avec les ministres ordonnés, […]

25.05.2020 Lire
Actualités

Au Secours catholique pendant le confinement

Les boutiques et permanences d’accueil du Secours Catholique étant fermées, la solidarité des chrétiens a-t-elle été, à travers lui, confinée ? Pour répondre à cette question, Église dans les Landes a rencontré Rémy Campion, responsable depuis deux ans de la Délégation des Pays de l’Adour, ainsi que Henri Rodière engagé sur la région dacquoise. Monsieur Campion, […]

15.05.2020 Lire

Articles les plus consultés S'informer sur toutes les actualités

Buglose

La Bande dessinée éditée à l’occasion des 400 ans de Buglose arrive !

C’est le moment de réserver votre Bande dessinée.   Chargez le bon de réservation ci-dessous ou bien réservez directement en ligne en cliquant ici « NOTRE DAME DE BUGLOSE » Pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Bon Jubilé à tous BD de 36 planches – Editeur : Editions du triomphe. – Imprimée en […]

04.03.2020 Lire
Dossiers de fond

Le dimanche : des chemins nouveaux

Lettre de rentrée, septembre 2019 Frères et Sœurs, Je commence avec vous ma seconde année de ministère comme évêque d’Aire et Dax. L’an dernier, au cours de l’année pastorale 2018-2019, je vous ai invités à Témoigner de l’essentiel. Plusieurs parmi vous, membres de diverses communautés chrétiennes (des paroisses surtout, mais aussi des services et mouvements) […]

06.09.2019 Lire

Les Paroisses

Retrouvez toutes les informations pratiques de votre paroisse

Tout Savoir

Découvrez l'Annuaire de votre Diocèse

Retrouvez les coordonnées et informations pratiques des paroisses, prêtres, diacres, services et conseils diocésains, …

Découvrir l'annuaire
Rechercher un horaire de messe Rechercher