COVID-19 : Forum diocésain | Nourrir la réflexion

À la recherche « des fidèles disparus »

Extrait du journal La Croix

par Héloïse de Neuville, avec Caroline Celle

 

On estime jusqu’à un tiers le nombre de paroissiens qui ne reviennent plus à la messe du dimanche depuis le début de la crise sanitaire. La Croix a voulu connaître le profil et les motivations de ces fidèles.

« Un soulagement. » C’est ce qu’a ressenti Clément, 33 ans, quand, à l’annonce du premier confinement, en mars 2020, ce professeur d’université a compris qu’il ne retournerait pas tout de suite à la messe. De fait, assister aux célébrations du dimanche de sa paroisse nantaise (Loire-Atlantique) avec son épouse et ses trois enfants était devenu une gageure pour ce proche de la spiritualité dominicaine. « On arrivait transpirants, pile à l’heure, avec nos enfants sous le bras. Puis il fallait faire la police pour essayer de ne pas trop déranger nos voisins, sans pouvoir rien écouter, ni prier, tout en endurant les soupirs à cause du bruit qu’on faisait. C’était ça, la messe pour nous », décrit-il sans fard.

Alors, quand l’obligation de l’office du dimanche ne s’est plus imposée, les questionnements, déjà en germe, ont éclos : « Nous avons pris du recul vis-à-vis du caractère un peu triste du rite dominical, pas très adapté aux enfants. Avec mon épouse, nous avons aussi réfléchi sur l’Eucharistie. La communion systématique, est-ce vraiment la manière privilégiée de rencontrer Dieu ? En travaillant sur la parole d’Évangile en famille, je me sens nourri. » Aujourd’hui, il s’interroge : « Revenir à la messe, ne serait-ce pas renouer avec une posture de spectateur dans ma foi ? »

À l’instar de Clément, la suspension des célébrations qui a marqué à deux reprises l’année 2020, aura, pour une petite partie des fidèles catholiques, remis en question la centralité de la messe dans leur pratique. La proportion de « décrocheurs » au sein l’Église de France depuis la première suspension des offices, en mars dernier, est difficile à évaluer et varie franchement selon les territoires. Interrogés par La Croix dans toute la France, des évêques et une trentaine de curés évoquent jusqu’à un tiers de paroissiens « manquant à l’appel » par rapport aux assemblées « pré-Covid ». Dans certaines églises, la baisse de fréquentation oscille entre 15 et 30 %, quand dans d’autres la vie paroissiale a repris son cours au même rythme qu’avant le Covid-19.

Une chose est sûre : les confinements ont précipité l’éloignement d’une bonne partie des paroissiens âgés qui, par crainte de contracter le virus, a basculé vers les offices de semaine ou vers la messe télévisée. « Certains nous le disent : mon Père, grâce à la télévision, j’entends parfaitement l’homélie, je suis bien installé, je n’ai pas froid », rapporte un curé de l’ouest de la France. « Et puis de toute façon, si je ne retourne pas dans ma paroisse, à qui manquerai-je ? », font parfois valoir les seniors. Des réflexions qui soulèvent, entre autres, la difficulté de bâtir une véritable vie communautaire, surtout dans les grandes villes où, une fois la messe terminée, les paroissiens filent comme des flèches du parvis vers leur salle à manger.

À tout âge, cette fois, nombreux sont ceux qui, soucieux de participer à l’effort collectif contre la propagation du Covid-19, préfèrent encore s’abstenir de revenir à la messe. Plus rares, certains fidèles motivent leur absence par leur désaccord avec la mobilisation de leurs coreligionnaires pour exiger le retour des messes début novembre 2020. « Ne témoigne-t-elle pas d’une réelle indifférence aux difficultés que connaissent nombre de nos compatriotes ? », confiait cet hiver, à son curé du Mans, un paroissien retraité, formé à la Jeunesse ouvrière catholique ?

La période a aussi pu faire émerger des souffrances enfouies. C’est le cas de Domitille, une mère de famille divorcée-remariée et qui, à ce titre, n’a pas accès à l’Eucharistie. « Voir des fidèles se plaindre parce qu’ils n’ont pas eu accès à la communion pendant quelques semaines alors que moi je n’ai pas mon mot à dire, cela a réveillé une colère. » Celle qui s’occupe de l’éveil à la foi dans sa paroisse

d’Argenteuil (Val-d’Oise) ne va plus à la messe depuis le premier confinement, sinon avec « des pieds de plomb » pour « ne pas décourager ses enfants d’y aller ». « Je suis en train de perdre la foi », glisse-t-elle.

La suspension des messes a donc bousculé certains paroissiens pour qui la fidélité à ce rendez-vous était déjà vacillante. Jeunes professionnels occasionnels du dimanche, familles de milieux populaires motivées par la préparation au sacrement d’un de leurs enfants dont, pour beaucoup, les parcours ont été à l’arrêt à cause de la pandémie… Le franc décrochage de ces fidèles du « seuil », n’a pas échappé aux curés sondés par La Croix. « Il va y avoir un vrai travail à faire pour aller rechercher ce public-là », prévoit le père Jean-Baptiste Sallé de Chou, curé de Saint-Joseph-des-Quatre-Routes à Asnières, en région parisienne.

Mais paradoxalement, ce sont parfois les expériences spirituelles vécues hors de l’institution qui ont pu faire naître des doutes sur le caractère irremplaçable de la messe. Notamment car certains fidèles ont pu goûter une certaine « autonomie ». Et même un sentiment de « réappropriation ». La multiplication de ressources de foi mises à disposition des catholiques pendant le confinement a permis à certains de se connecter à des propositions plus proches de leur sensibilité que la paroisse de leur quartier. « À la messe, j’avais tendance à m’ennuyer. Avec le confinement, j’ai commencé à faire plus court et plus à fond », raconte Étienne, journaliste lillois de 27 ans. « J’ai suivi les prières de Taizé en direct, j’allumais une bougie, je ne me sentais absolument pas seul. Aujourd’hui je ne suis pas moins croyant, ni moins pieux. Je me suis plus éloigné de l’Église que de la foi », estime-t-il.

Néanmoins, ce journaliste retournera à la messe ponctuellement pour « recevoir l’Eucharistie », mais uniquement à l’église Saint-Maurice (Lille) qu’il apprécie pour sa convivialité, ses chants et sa prière universelle en forme de revue de presse. « Je n’ai plus envie de m’infliger des messes qui ne me correspondent pas », tranche-t-il.

À terme, le regroupement des pratiquants « par tendance » ne risque-t-il pas d’appauvrir l’hétérogénéité des communautés ? « Grâce au numérique, nous voyons émerger des regroupements selon des affinités liturgiques, spirituelles, qui font fi des organisations territoriales », avertissait fin novembre le père Cédric Burgun, vice-doyen de la faculté de droit canonique de l’Institut catholique de Paris. « Les confinements ont seulement été un accélérateur de particules de phénomènes déjà en cours », estime Valérie Le Chevalier (1), enseignante au Centre Sèvres, qui voit dans la perte de la centralité de la messe classique « une chance pour l’Église ».Pour l’enseignante, il s’agit désormais de savoir comment les paroisses sauront rejoindre ces chrétiens pratiquants « en diaspora ».

Repères

Les catholiques en France

  • 53 % de la population française se désignent comme « catholiques » (contre 81 %, en 1978).
  • 4,5 % de la population française se rendent à la messe au moins une fois par mois (et 7 % des personnes se désignant comme catholiques).
  • 1,8 % des Français déclarent se rendre à la messe chaque dimanche.
  • 32,7 % des personnes âgées de plus de 75 ans se disent catholiques pratiquants, un taux qui tombe à 7,2 % chez les 18-24 ans.
  • La France compte 23 % de catholiques « engagés », à savoir des personnes qui se sentent rattachés à la vie de l’Église d’une manière ou d’une autre.
  • Les femmes ont davantage tendance à se déclarer catholiques « pratiquantes » que les hommes.

Source : les statistiques sont issues de plusieurs études, dont l’enquête « Chrétiens engagés », réalisée par l’institut Ipsos pour le groupe Bayard (2017).

Actualités

Télétravail dans le diocèse

Le télétravail n’est pas une nouveauté dans les entreprises. Même si ce mode de fonctionnement est très nettement moins développé que dans les pays anglo-saxons. Certes son développement est partiellement lié aux lois qui régissent le code du travail et qui sont plus ou moins contraignantes. Le télétravail s’adapte en fonction de l’activité de chaque […]

12.04.2021 Lire
Actualités

Joie de Pâques

Ce dimanche 4 avril, nous sommes le dimanche de Pâques et toujours dans la crise sanitaire mondiale due au Covid-19 et son lot d’incertitudes avec pour conséquences le trio : programmation / déprogrammation / re-programmation. Apparemment, rien n’a changé, et pourtant avec la fête de Pâques, nous prenons conscience que tout a changé et que […]

04.04.2021 Lire

Articles les plus consultés S'informer sur toutes les actualités

Actualités

Y avez-vous pensé ?

En cette fin de Carême de Carême, il est encore temps de penser au Denier.   Frères et Sœurs, Pour prendre soin de la maison commune, il y a plusieurs manières de faire. Votre participation au Denier permettra à notre Église diocésaine de continuer sa mission dans ce monde bien bousculé. Je vous en remercie […]

15.03.2021 Lire
Actualités

Propositions diocésaines de Carême en visio et en direct

Pour la semaine du lundi 22 au dimanche 28 mars, voici les propositions  : Chapelet avec la Communauté Mère du Divin Amour (Buglose) Quand ? Le mardi 23 mars et le jeudi 25 mars, à 11h30 Comment ? Rendez-vous sur la page Facebook du Sanctuaire de Buglose   Atelier « Parole de Dieu – Méditer […]

25.02.2021 Lire
Actualités

Agenda de Mgr Souchu

Avril 2021 Mardi 20 avril 20h00-22h00: Préparation pèlerinage Loyola 2022. en Visioconférence Mercredi 21 avril 14h30-16h00: Assemblée générale des Œuvres Pontificales Missionnaires. en visioconférence Jeudi 22 avril 9h30-14h00 : Conseil Épiscopal. Dax, Évêché 14h00-15h00 : Bureau du Conseil Diocésain de Pastorale. en visioconférence Dimanche 25 avril 10h30 : Messe de la Paroisse Sainte Thérèse de Chalosse. Poyartin […]

16.04.2021 Lire

Les Paroisses

Retrouvez toutes les informations pratiques de votre paroisse

Tout Savoir

Découvrez l'Annuaire de votre Diocèse

Retrouvez les coordonnées et informations pratiques des paroisses, prêtres, diacres, services et conseils diocésains, …

Découvrir l'annuaire
Rechercher un horaire de messe Rechercher